YUL & YQB : achetez un livre, lisez, retournez, encaissez!

148

Il s’en passe des choses et des concepts dans nos aéroports. Et ces derniers mois, deux concepts ont fait des petits, et la typographie aéroportuaire dévoile ses secrets…

Lisez & Retournez

Le saviez-vous? Ces derniers mois, un nombre grandissant d’aéroports canadiens a intégré le nouveau concept « Lisez et Retournez ». Voici de quoi il s’agit :

-vous achetez un livre au prix courant

-vous le lisez

 

-vous le retournez avec son reçu original dans les six mois de la date d’achat

-vous recevez un remboursement de 50 %.

Pas mal, non?

Les magasins participants sont ceux sous la gouverne de Paradies Lagardère dans les principaux aéroports canadiens.

Une typographie pas si anodine que ça…

Le saviez-vous? La signalétique qui fleurit partout dans les aéroports répond à l’exigence suivante : ne pas être censée sauter aux yeux des usagers!

Le magazine En Route publiait récemment un dossier sur le sujet.

On cite le Suisse Adrian Frutiger, qui a créé la police Roissy pour l’aéroport de Paris‑Charles de Gaulle (dont la police de caractères imprimables Frutiger est dérivée) : « la typo à l’aéroport ne devrait pas plus se démarquer qu’une cuiller dans un resto de ramens embué »!

Plus encore, on souligne que dans ce domaine, « l’art réside dans la simplicité ». L’auteur de ce dossier cite également Sarah Hyndman, autrice de Why Fonts Matter : « c’est une question de capacité de traitement du cerveau quand il faut décoder. »

On y prend conscience que certaines polices d’écriture sont plus efficaces que d’autres, et, pour des lieux stressants et achalandés comme des aéroports, efficacité doit rimer avec rapidité et limpidité.

L’exemple suivant est soulevé: la police Frutiger, linéale, se lit près de deux fois plus vite que la stylisée Garamond Italic.

La typographie utilisée doit aussi répondre à ceci : être claire, donc facile à saisir, et afficher « un sérieux qui va avec le contexte », précise Mme Hyndman.

Magasins Relay nouvelle génération

Le saviez-vous? Il y a un an pile, en pleine pandémie, les magasins Relay, que l’on croise partout dans les aéroports, dévoilaient un concept et une identité nouvelle génération.

De quoi s’agit-il? Ces magasins Relay ont revu complètement leurs aménagements afin de répondre à ceci : simplifier le parcours d’achat, être plus centrés sur le client et permettre une plus grande flexibilité et agilité en magasin.

La communication numérique a aussi été intégrée au concept. Une animation numérique à l’extérieur et à l’intérieur du magasin a fait son apparition.

Le contenant, mais aussi le contenu

La refonte de ces magasins va au-delà du visuel : dorénavant, ces magasins seront flexibles, pour permettre une adaptation rapide et simple de la configuration de la boutique, de la mise en marché des produits et de l’offre de ces produits.

Les concepteurs donnent en exemple ce qu’on vit en ce moment avec la pandémie : l’accent a soudainement été mis sur les produits de sécurité et d’hygiène, moins sur les cadeaux.

Plus de produits locaux

Les magasins Relay ont aussi créé des espaces dédiés à la mise en valeur des produits locaux. Les concepteurs avaient découvert une carence en ce sens et ont décidé que la marchandise devait répondre au désir grandissant des clients de trouver un « caractère unique » et un sens du « local » et ce, où qu’ils soient.

Cette offre de produits locaux répond à l’un des piliers de la nouvelle marque, celui de la sensibilisation culturelle.