Open Jaw teste le Massage-O-Matic à l’Aéroport Schiphol d’Amsterdam

123
Photos: Isabelle Chagnon

C’est comme le Photomaton, revu et corrigé. On se glisse bel et bien dans une machine et on s’y assoit, mais au lieu de se faire tirer le portrait, on se fait masser. Fait vécu.

Le Massage-O-Matic est une invention qui a vu le jour aux Pays-Bas et c’est à l’Aéroport Schiphol d’Amsterdam qu’Open Jaw Québec a testé ce produit destiné, justement, aux endroits publics comme les aéroports.

Le concept est celui-ci : on est invité à entrer dans une cabine aux allures de simulateurs de combats vidéos dans les arcades, puis à s’assoir sur le fauteuil en cuir de type lazy-boy qui trône dans la cabine. On défraye ensuite le tarif demandé (2 euros, par carte bancaire ou pièces sonnantes et trébuchantes), puis le fauteuil s’incline vers l’arrière… et on s’abandonne à un massage dit « shiatsu » d’une durée de 5 minutes.

Masso-mécanisme

Le massage est réalisé, non pas par une massothérapeute tout droit sortie des coulisses de la cabine, mais plutôt par un mécanisme à percussions enfoui dans le fauteuil. Ce mécanisme s’étire sur toute la longueur du fauteuil – du niveau des chevilles au niveau de la tête – et effectue, tantôt des vibrations, ici des poussées, là des pressions.

Puis, pendant que le visiteur se fait revigorer muscles et circulation sanguine, un écran accroché au plafond de la cabine – installé pile dans la trajectoire du regard du massé en position semi-allongée – défile des images de fleurs, paysages forestiers, couchers de soleil, etc.

Un concept très tendance

On peut certainement accueillir le concept comme un bel exemple de gadgets adaptés à la vie d’aujourd’hui. L’humain est de plus en plus soucieux de sa santé et stressé. Et le voyageur incarne cette réalité.

Ce qu’en pense Open Jaw Québec

Le Massage-O-Matic a ceci d’intéressant : il se révèle une façon très agréable de liquider les quelques euros qui trainent dans nos poches avant un vol…