Pourquoi Premium Tours accorde sa confiance à OWG

169
Les couleurs de la nouvelle ligne aérienne OWG

Qu’est-ce qui motive Premium Tours, un tour opérateur établit depuis 2008, à miser sur un transporteur aérien dont la réputation est à faire pour lancer un programme vedette renouvelé, les forfaits croisière tout-compris? Open Jaw Québec a posé la question.

« Nous avons été attirés par OWG en raison de la qualité qu’ils offrent. La qualité du produit lui-même, mais aussi, c’est que nous jugeons qu’ils ont réussi à créer une ambiance particulière à bord. Un autre aspect décisif est cette importance qu’OWG accorde à offrir les repas et les boissons dans le cadre d’un forfait » explique le président de Premium Tours, Patrice Pinel.

La philosophie et les objectifs d’entreprise d’OWG aussi, ont retenu l’attention de Premium Tours.

« OWG n’a pas pour objectif de devenir un transporteur à bas prix. Du côté des Flair de ce monde, il y en a plusieurs, de ces compagnies, qui vont se battre pour le vol à prix modique. Ce n’est pas l’objectif d’OWG. »

La différence, un élément attrayant

« Nous, ce qu’on voulait, c’est de pouvoir offrir à nos clients quelque chose de différent. Quelque chose d’évolué sans être obligé de se payer la classe affaires, poursuit Monsieur Pinel.

« On s’entend que, aujourd’hui, pour avoir le repas, l’alcool à volonté, le bagage gratuit et tout ça, le voyageur doit se payer une classe affaires qui coûte une fortune à bord d’un avion. Mais les gens, tout ce qu’ils cherchent, c’est d’avoir du plaisir. Le voyageur veut se retrouver dans l’avion et se dire mes vacances commencent maintenant, à partir du moment où j’embarque dans l’avion, et non pas uniquement quand je suis rendu à destination. »

Comme c’était avant?

« Exactement. C’était l’fun de prendre l’avion avant. Aujourd’hui, dans bien des cas, c’est un mal nécessaire. Le voyageur espère que son transport en avion va se dérouler le plus vite possible. »

OWG a donc convaincu Premium Tours qu’il allait livrer la marchandise?

« Exact. On a même eu la chance de faire un vol-test au-dessus de Montréal, à l’occasion du Congrès d’Atrium en septembre dernier. Les agents participants ont pu embarquer dans l’avion et vivre l’expérience à bord, d’avoir une boisson, de faire connaissance avec l’environnement à bord. »

Parfum, musique et éclairage made in OWG…

Des petits quelques choses qui font une grande différence

« OWG a même eu cette idée de répandre une odeur spéciale dans son avion. Ils ont fait développer un parfum juste pour eux, pour la cabine. Ils ont aussi fait créer une musique juste pour eux, diffusée aussi dans la cabine.

« Toutes les annonces préenregistrées et diffusées à bord ont été réalisées avec une voix claire, qu’on entend extrêmement bien. Souvent, on est dans un avion et on ne comprend pas ces annonces par manque de clarté sonore. Les agents de bord nous communiquent des informations mais souvent, on n’est pas certains d’avoir compris. Mais OWG s’est penché sur ces détails et ils ont poussé les limites de la qualité.

« Ils ont même misé sur une lumière et un éclairage très agréables en cabine. Ils ont aussi acheté des sièges ultra légers fabriqués dans un composé de matériaux qui fait qu’ils sont plus petits en terme de volume-espace, mais ils offrent tous une belle distance entre eux et ce, peu importe l’endroit dans l’avion. Pour vous donner une idée, je suis très grand et je suis très confortable dans l’avion d’OWG! »

Premium Tours, convaincu de la qualité

« OWG a décidé d’offrir une qualité de confort au passager qu’on ne retrouve pas nécessairement chez les autres transporteurs. En fait, ce niveau de confort, on le retrouve dans les nouveaux avions qui sortent tout juste des usines, comme le NEO, le nouveau modèle d’Airbus.

« Ce type d’ambiance et ce niveau de confort à bord des avions d’OWG, on commence à les retrouver dans les avions du futur. OWG a donc déjà fait un pas en avant. Avec des avions qui ne sont pas neufs, ils ont décidé de refaire tout l’intérieur pour offrir une qualité de confort qui est vraiment impressionnante » conclut Patrice Pinel.