Un code QR au lieu d’une brochure voyage. Vraiment? Discussion avec Karine Gagnon de Transat

436
Karine Gagnon, directrice de la commercialisation de Transat pour le Québec

Open Jaw Québec a profité du rendez-vous Les Grandes Retrouvailles que le Groupe Transat a donné à quelque 150 agents de voyage, mardi dernier à Ville St-Laurent, pour discuter Code QR avec la directrice de la commercialisation de Transat pour le Québec, Karine Gagnon.

Open Jaw Québec : Comment Transat en est-il arrivé à ne plus imprimer du tout de brochure papier?

Karine Gagnon : On avait fait un premier pas en 2020 en produisant une brochure principalement électronique. On avait imprimé quelques brochures mais seulement pour l’usage des agents. Cette année, on est 100 % brochure électronique, mais dans une version encore plus évoluée.

OJQ : Vous nous annoncez que vous imprimerez cinq couvertures de vos principales brochures, que vous remettrez aux agences. Quelle idée avez-vous en tête?

KG : On veut pouvoir quand même avoir quelque chose de Transat à afficher dans les présentoirs des agences. Ces couvertures remplaceront les brochures.

Ces couvertures sont : Collection Grand Luxe, Collection Solo, Collection Famille, Collection Hors du bureau, Soleil.

OJQ : Ces couvertures-affiches sont dotées d’un Code QR. Pourquoi avez-vous adopté le Code QR?

KG : Les Codes QR n’étaient pas super à la mode il y a un an et demi. Mais depuis le début de la pandémie, presque tout le monde a pris l’habitude de les utiliser. Les clients peuvent télécharger ces Codes QR pour avoir accès à l’information.

OJQ : Ce client qui n’est pas hyper à l’aise, encore aujourd’hui, avec une brochure numérique, il le sera encore moins avec un Code QR. Vous avez pensé à lui? À comment vous réussirez à le séduire avec vos produits, en agence? Avez-vous mesuré l’impact de l’intégration du Code QR pour ces gens?

KG : Effectivement, tout le monde n’est peut-être pas 100 % à l’aise avec ces outils, mais la Covid a amené quelque chose de positif : il y a eu une évolution et les gens se sont adaptés. Ils n’ont pas nécessairement eu le choix. Cela dit, ce sera toujours possible pour les conseillers, avec ces outils, de partager l’information, d’envoyer des informations dans un courriel personnalisé à son client. L’agent peut sinon afficher des hôtels ou des pages de produits sur son écran d’ordinateur et les montrer à ses clients en agence.

OJQ : N’est-ce pas, dans une certaine mesure, l’annonce d’une surcharge de travail à venir pour les agents de voyage? Ne craignez-vous pas que les agents se retrouvent submergés de questions par ces clients qui ne sauront utiliser les Codes QR pour accéder de façon autonome à votre inventaire?

KG : Les conseillers ont une volonté de travailler avec de nouveaux outils qui évoluent. Personne n’est en état de choc. Mais aussi, à l’inverse, si nous avions continué d’imprimer des brochures papier, cela aurait déplu aux gens qui sont de plus en plus sensibles à l’aspect environnemental. Il y a de plus en plus de sensibilité. Il faut faire attention aux gestes qu’on pose.