«Concurrencer l’aéroport de Plattsburgh, c’est une vision irréaliste et irresponsable»

860

En réaction aux intentions annoncées par la direction de l’Aéroport de St-Hubert d’aller chercher les Québécois qui vont à Plattsburgh pour prendre leur vol, le candidat à la mairie pour le parti à l’opposition de Longueuil, Jean-Marc Léveillé, qualifie cette vision de « irréaliste et irresponsable ».

« Les 15 dernières années nous ont démontrés que le modèle de gouvernance de DASH-L (l’organisme qui gère l’Aéroport de St-Hubert, NDLR) fait davantage partie du problème que de la solution. »

C’est dans un communiqué émis par Longueuil Citoyen et intitulé « Le dossier de l’aéroport de Saint-Hubert-Longueuil, C’EST RÉGLÉ! » que Monsieur Léveillé hurle son mécontentement et son opposition à l’égard de cette vision.

Farouchement contre

On y rappelle d’abord qu’au printemps dernier, DASH-L présentait son ambition de concurrencer l’aéroport de Plattsburgh en développant à partir de la Rive-Sud des liaisons à bas prix vers les États-Unis.

On y rappelle également que Jean-Marc Léveillé « a déjà déclaré être farouchement contre cette vision qu’il qualifie d’irréaliste et d’irresponsable. Il propose la création d’un pôle technologique en aéronautique afin de renforcer la place que doit occuper Longueuil dans l’industrie de l’aérospatiale et permettre à nos cerveaux et à nos entreprises de réaliser leur plein potentiel. »

« Il est urgent de mettre fin à ce projet pour éviter un désastre environnemental, tant au niveau de la pollution sonore que de l’impact climatique causé par les avions commerciaux » souligne le communiqué.

Monsieur Léveillé annonce aujourd’hui que, sous son administration, « la Ville reprendra le contrôle du développement de la zone aéroportuaire pour protéger la qualité de vie des citoyens de Longueuil tout en préservant la vocation économique de l’aéroport. »

« Assurer un développement dans des paramètres gagnants pour tous »

« Je viens en politique pour régler des problèmes, alors je ne tiendrai pas d’autres consultations et je ne donnerai pas une autre chance à DASH-L de refaire ses devoirs. Il est temps que Longueuil prenne en main la destinée de la zone aéroportuaire pour assurer son développement dans des paramètres gagnants pour tous » a déclaré Jean-Marc Léveillé.

Monsieur Léveillé ajoute qu’il « respectera les ententes déjà signées avec DASH-L » et qu’il n’exclut pas le développement des jets d’affaires, mais qu’il imposera un encadrement plus strict du bruit des avions, notamment avec « l’imposition d’un couvre-feu pour les gros porteurs » et en complétant le programme d’installation des silencieux pour toutes les écoles de pilotage.

« Les citoyens sont écœurés que les intervenants se renvoient la balle continuellement » a déclaré Jean-Marc Léveillé.

Ce communiqué conclut que « après plusieurs controverses et de multiples recours judiciaires entre 2009 et 2012, pour le bruit généré par les écoles de pilotage, c’est plus récemment avec la venue d’un Boeing 737-200 de la compagnie Chrono Aviation que les tensions autour de l’aéroport de Saint-Hubert ont été ravivées notamment à cause des décollages durant la nuit. »