Famille assise par terre durant un vol

319

Une famille a été obligée de s’asseoir sur le plancher de l’avion l’été dernier, alors qu’ils rentraient de vacances à Menorca. On leur a dit que leurs sièges alloués n’existaient pas. 
Paula Taylor, son mari Ian, et leur fille de 10 ans, Brooke, sont arrivés tôt à MAH, en juin dernier. 

«Nous nous sommes assuré d’arriver trois heures à l’avance pour être assis ensemble,» explique Paula Taylor à une émission télévisée britannique. 

Les sièges 41 D, E et F leur ont été assignée, mais en montant à bord de l’avion, ils n’arrivaient pas à les localiser. Sans doute puisqu’il y avait très peu de rangées. 

«Nous nous sommes regardés comme pour se dire, mais où sont passés nos sièges?. Il n’y avait pas de bancs là où nos sièges auraient dû être.» dit Paula. 

Les membres de l’équipage ont proposé que la petite Brooke prenne le dernier siège disponible, et que Paula et son mari s’assoient sur les deux strapontins, normalement réservés aux agents de bord. Toutefois, avant le décollage, la couple a dû libérer leurs sièges puisque les agents de bord devaient accéder à la nourriture et aux articles hors taxe, rangés derrière eux.

Leur fille est venue les rejoindre sur le sol, puis ensuite le copilote qui les a remercié de leur coopération et de leur compréhension. 

«Il a dit être reconnaissant de notre calme, sans quoi il aurait manqué son créneau pour le décollage,» dit Paula Taylor. 

Elle dit que sur le sol «c’est inconfortable et très sale. Ce n’est pas une expérience que je veux revivre.»

L’Autorité de l’Aviation Civile du Royaume-Uni, l’organisation qui réglemente les lignes aériennes au R-U, enquête l’incident. L’AACR a demandé à TUI d’expliquer pourquoi l’équipage a permis à la famille de s’asseoir par terre, contrevenant ainsi à plusieurs règlements. Les pax peuvent être assis sur les strapontins dans certaines conditions, mais doivent obligatoirement être assis pendant certains moments du vol. 

Lorsque l’émission télévisée a contacté TUI, la ligne aérienne a offert un remboursement complet de 1300£ à la famille, reprochant l’incident à un changement d’appareil. 
Taylor dit qu’elle a été laissée pour compte lorsqu’elle s’est plaint personnellement, immédiatement après l’incident, même si elle avait des photos de l’incident. 
Elle raconte que même après avoir expliqué à la compagnie que les sièges étaient complètement non existants, on lui a répondu qu’ils ne détenaient aucun registre de l’incident, et lui ont offert un crédit de 30£, comme preuve de bonne volonté. Frustrée, c’est à ce moment qu’elle a contacté l’émission ‘Rip-Off Britain’.

Un porte-parole de TUI a dit: «Nous sommes désolés d’apprendre l’histoire de Mme. Taylor et sa famille. Malheureusement, un changement d’appareil de dernière minute a fait que les sièges n’étaient pas disponibles car la configuration de l’appareil était différente. Nous sommes désolés de la façon dont la situation a été traitée, nous procédons à une enquête.»